Littérature Gay

JE NE VEUX PLUS CACHER MES LARMES

today31 mars 2024

Arrière-plan
share close

JACK FAYLURJET / JE NE VEUX PLUS CACHER MES LARMES / Ebook & livre papier / chez AMAZON

Contact : jyackot@gmail.com et ma page Facebook « jack faylurjet officiel »
De tous mes écrits, deux livres occupent une place à part. Ce ne sont en effet pas des fictions, mais des témoignages.
Marc était mon ami. Lorsqu’en 1989 il apprit qu’il était malade du sida (et condamné), il entreprit de tenir, tant qu’il put le faire, un journal.
J’ai publié ce « journal » puisqu’il était convenu entre nous qu’il en serait ainsi. Formidable et émouvant cadeau d’amitié, que celui où l’on découvre, après la disparition de l’ami, des feuillets manuscrits écrits dans la solitude et la souffrance.
Ce texte, élaboré entre 1988 et 1991, apparaît donc aujourd’hui, à travers le récit d’un malade, comme un document attestant du trouble et des troubles d’une époque confrontée de plein fouet au virus du sida. Le produit des ventes de ce recueil est reversé à une organisation humanitaire.

EXTRAIT: « Amis, chers amis,

Ma dernière lettre aurait pu être un poème, elle sera une lettre. Je ne veux pas partir comme ça en éteignant la lumière et en vous laissant dans le noir. Je ne peux pas et ne le veux pas. S’il m’arrive quoi que ce soit, je veux que vous sachiez combien je vous ai tous appréciés, chacun à votre manière, et combien je vous ai tous aimés sans jamais tricher un instant.
Vous avez joué pour moi le jeu de l’amitié, le seul qui, avec celui de l’amour, vaille réellement la peine. Vous n’avez pas toujours dit ce qu’il fallait, et je n’ai pas toujours fait ce que j’aurai dû faire, mais je vous quitte avec bien plus de joie que je n’espérais en connaître, et cette joie, c’est à vous et seulement à vous que je la dois. J’ai longtemps cherché le paradis et je le portais en moi comme vous le portez en vous. Cela s’appelle l’amour, car nous ne sommes rien, même si nous soulevons des montagnes, nous ne sommes rien si nous n’avons pas l’amour. S’il m’arrive quoique ce soit, j’aimerais que vous continuiez à vous revoir et que vous souteniez dans ses épreuves l’ami Jean-Jacques dont je suis très fier et qui, je le sais, aura besoin de votre aide.
Je vous quitte, mais ne vous oublie pas. Adieu à chacun, adieu à tous. Je vous aime.
Marc

Écrit par: admin

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%