Electronic music

Nouveau mix pour DJ-Kicks

today17 novembre 2023 8

Arrière-plan
share close

Trois jours avant le lancement de son nouveau mix pour DJ-Kicks , l’artiste londonienne HAAi revient sur Zoom. Elle porte un cardigan moelleux sur une chemise blanche boutonnée. Son carré de platine emblématique est partiellement recouvert par une casquette de baseball noire. “Je m’excuse d’être en retard, la matinée a été très mouvementée jusqu’à présent, tout se passe”, s’exclame-t-elle avec un sourire sur le visage.

Il semble normal que l’Australien soit un caméléon dans son environnement, avec une moyenne de 100 expositions par an. Nichée dans un coin du bureau de sa direction, HAAi – alias Teneil Throssell – a beaucoup de « conneries ». Après un été chargé en clôture de festivals – Body Movements to Glastonbury – et en interprétant son célèbre set Hör, Throsell a sorti le remix officiel de l’hymne queer de Kylie Minogue « Padam Padam », une sortie qui a attiré plus de 350 000 streams sur Spotify. Perché, juste derrière Throsell, se trouve une pile de produits dérivés de Minogue : « Regardez les produits ‘Padam’ que j’ai ici. Les sweats à capuche… Un peu de bougie de Kylie là-bas.

L’ascension de Throssell pour trouver sa place, en plus d’être cataloguée comme « non-masculin dans cet espace », a galvanisé son engagement envers le talent de plateforme et sa « confiance pour parler de queerness » et pour accueillir les fans dans son univers. « Opérer dans un monde qui n’est pas pour vous, c’est essayer de trouver votre place dans ce que vous faites », dit-elle. “Une fois que j’ai commencé à faire plus de cela, j’ai senti que j’étais accueilli à bras ouverts et j’avais la confiance nécessaire pour parler au nom de notre communauté et l’amener dans les fêtes que j’organisais”.

Pour l’avenir, la DJ a fait évoluer son son – influencé par les dancefloors du Berghain – en s’inspirant de la techno, de la house, du disco et des percussions africaines pour faire bouger les foules à travers le monde. S’imposant rapidement comme un nom notable sur la scène de la musique électronique, Throssell a sorti son premier album, Baby, We’re Ascending , en 2022.

Aujourd’hui, au milieu du chaos du lancement de DJ-Kicks et de la création de son deuxième album, la productrice s’assoit avec GAY TIMES pour discuter du nouveau mix, de sa motivation pour revenir sur le dancefloor et de l’importance de trouver sa place dans la communauté LGBTQIA+. communauté.

Tout d’abord, quelle est l’expérience musicale live la plus scandaleuse que vous ayez vécue en tant qu’interprète ?

Il y a certainement eu beaucoup de choses différentes et scandaleuses qui se sont produites. J’ai eu la chance ces dernières années, surtout pendant la saison des festivals, de pouvoir jouer sur de grandes scènes et de vivre des moments assez spectaculaires dans différents pays. Jouer à Homobloc l’année dernière a été un moment fort. J’ai demandé à Obi Franky de venir jouer avec moi sur un morceau que nous avons créé pour mon album.

Il y a quelques semaines, j’ai organisé deux grandes soirées. L’un d’eux était à Bruxelles [NSB23 x Bozar – Une soirée avec HAAi, au Bozar, samedi 14 octobre] et j’ai repris cette célèbre salle classique et l’ai transformée en rave. C’est l’une des salles les plus parfaitement réglées au monde, donc c’était fou. Ce fut une véritable étape dans ma carrière. Ensuite, j’ai fait la même chose à Londres [An Evening with HAAi: HAAi + Special Guest, The Cause, 20 October] la semaine suivante, mais nous l’avons fait dans un immense entrepôt, ce qui était vraiment cool. C’est ce genre de choses plus importantes et vous pouvez apporter mon sentiment de communauté.

En ce qui concerne la visibilité LGBTQIA+, beaucoup de gens connaissent les artistes britanniques et américains. En tant qu’artiste queer, qu’est-ce que cela vous a fait de percer sur la scène musicale ?

Mon ascension dans la musique était un peu une anomalie. J’ai été arrêté alors que je jouais des disques avec désinvolture dans un petit bar dans lequel je travaillais. On m’a donné une résidence dans un club appelé Phonox [à Brixton en 2016] et la chose dont on a le plus parlé dans la presse était le fait que j’étais une femme, ce qui était incroyable et j’étais vraiment heureuse de représenter cela et je me sentais très reconnaissante de faire partie de ce genre de groupe. Mais il m’a fallu beaucoup de temps pour trouver ma place, pas seulement cataloguée comme étant non masculine dans cet espace, pour que je dise : « D’accord, maintenant il est temps. »

J’avais suffisamment de plateforme et assez de confiance en moi pour pouvoir parler de l’homosexualité et présenter à mon public à quel point être queer est ma vie. Une fois que votre plateforme se développe, vous avez davantage de possibilités de vous faire entendre. J’ai été vraiment bien accueilli par mon public mais je pense qu’à cause de cela, il m’a fallu beaucoup de temps pour jouer ou même me faire proposer de jouer dans des soirées et des espaces queer. Opérer dans un monde qui n’est pas pour vous, c’est essayer de trouver votre place dans ce que vous faites. Une fois que j’ai commencé à faire plus de cela, j’ai senti que j’étais accueilli à bras ouverts et j’avais la confiance nécessaire pour parler au nom de notre communauté et l’amener dans les fêtes que j’organisais.

Comment avez-vous mené votre carrière, de la résidence à la performance, dans les espaces queer et à la constitution d’une équipe dirigée par queer ?

Il s’est passé beaucoup de choses dans la chaîne. Connaissez-vous le film Portes coulissantes ? J’ai l’impression qu’il y a eu tellement de moments dans ma carrière où j’étais la personne où les portes du train auraient pu se fermer. Je me sens très reconnaissante et je comprends à quel point ma vie pourrait être différente en ce moment à cause de cela, c’est pourquoi je me sens très obligé d’utiliser ma position pour aider à créer des opportunités pour les artistes émergents – en particulier les artistes queer ou issus de milieux marginalisés. L’un des éléments majeurs de cette chaîne était un mix essentiel de BBC 1 et on m’en a proposé un qui a été diffusé par hasard lors de la dernière nuit de ma résidence, ce qui était une sorte de sorcellerie ! Je n’avais que deux semaines pour le faire – généralement, les gens disposent de quelques mois. J’ai fini par faire un très bon travail et j’ai remporté le mix essentiel de l’année de Radio 1 en 2018, ce qui était plutôt fou. Cela a orienté ma carrière sur une voie différente.

Mon premier accueil dans ma communauté a eu lieu lorsqu’on m’a demandé de jouer dans une célèbre soirée queer française appelée Garçon Sauvage. Il vient de Lyon, mais celui-ci était à Montpellier. J’avais déjà joué plusieurs fois avec La Sainte Madone, mais je n’avais jamais été invité à être l’invité principal. Dès que je suis entré dans ce club, j’ai été accueilli d’une manière qui m’a donné l’impression d’être pleinement chez moi. Ces gens sont comme une famille et j’ai passé un moment vraiment spécial. Je comprends parfaitement cet autre monde auquel je n’avais pas vraiment eu accès auparavant. Une fois que vous avez commencé à faire des choses comme ça et que vous avez obtenu un peu plus de visibilité au sein de la scène queer, cela a fait boule de neige et j’ai eu le sentiment d’avoir un peu plus accès à quelque chose qui, selon moi, me représentait.

Vous évoluez sur la scène DJ aux côtés de grands artistes appréciés par la communauté LGBTQIA+, tels que Romy et Avalon Emerson. Qu’est-ce que ça fait de faire partie de cette vague établie de talents qui représentent les personnes queer ?

Absolument. C’est vraiment important pour moi de parler clairement de ma communauté. Et en fait, l’album que j’ai sorti l’année dernière parlait beaucoup de ça. Beaucoup de personnes avec qui j’ai travaillé venaient également de ma communauté. C’était quelque chose de vraiment important. Et je suppose que lorsque vous avez vécu une expérience queer, vous pouvez inviter des gens dans un espace sans vous sentir aussi symbolique. Toutes les personnes qui ont travaillé sur l’album et qui étaient également queer étaient au sommet de leur forme. Juste pour prouver qu’il n’est pas difficile pour nous d’impliquer les gens dans ce que nous faisons et qu’ils soient également issus de notre communauté. Historiquement, les personnes hétérosexuelles et de sexe masculin qui ont déjà fait cela se voient proposer beaucoup plus ces emplois. Donc, je pense qu’avoir une voix là-dedans et que je la représente autant que possible est super, super important.

Vous avez travaillé avec Romy, Fred Again, Kai Isaiah Jamal et Kylie Minogue, qui est une icône queer. Qu’est-ce que ça fait de travailler avec un éventail aussi incroyable d’artistes ?

Littéralement! Il m’a fallu beaucoup de temps pour être à l’aise avec la collaboration. Même en ayant un ingénieur du son en studio avec moi, j’étais très protecteur quant à la façon dont je faisais de la musique. J’ai l’impression que si vous n’êtes pas un homme, les gens cherchent toujours une raison pour dire que vous n’avez pas fait votre musique vous-même. Alors je me suis dit : « Je fais chaque partie de ça », donc personne n’a aucune raison de contester cela. Mais ce n’est que lorsque j’ai réalisé l’album que j’ai réalisé qu’il y avait autant de pouvoir à amener les gens au monde, à leur donner des opportunités et à avoir une plateforme. Par exemple, Francine, qui a fini par être mon ingénieur du son sur cet album, tourne désormais avec Romy. C’est le genre de choses sympas qui peuvent arriver lorsque vous faites venir des gens dans votre monde. L’idée de collaboration signifie beaucoup plus pour moi aujourd’hui qu’il y a quelques années.

Avez-vous maintenant en tête une collaboration de rêve ? Maintenant, vous y êtes entré plus facilement ?

Il y a toujours des chimères. J’ai une liste. Pour moi, quelqu’un qui figure en bonne place sur la liste est Fever Ray. Je suis un grand fan de The Knife depuis longtemps. Je suis obsédé par Beth Gibbons et Portishead, mais il y a aussi un groupe d’artistes de création parlée et de rappeurs avec qui j’adorerais travailler. J’ai réalisé un projet avec Dave il y a quelques années. J’ai retravaillé un morceau [Future Utopia – Children of the Internet ft. Dave & Es Devlin [HAAi Rework] sur lequel il était et qui m’a exposé au travail avec la création orale.

Nous devons parler et manifester ces choses. Votre nouveau mix pour DJ-Kicks est sorti le 10 novembre. Quelle était l’ambition derrière ce disque ?

C’est essentiellement une mixtape et je lui ai donné un thème qui, je pense, n’a jamais été réalisé auparavant avec DJ-Kicks . Je voulais qu’il perpétue le message de [mon album] Baby, We’re Ascending , mais lui donne un peu de nouvelle vie. Je l’ai appelé Always Ascending. Je voulais donner ce sentiment de communauté et d’euphorie collective, même aux personnes qui étaient mandatées. Je leur ai donné les mots « toujours ascendant » pour qu’ils puissent les interpréter comme vous le pouvez. C’était l’épine dorsale de tout cela. Il y a beaucoup de choses sonores dans tout le mix, mais le sentiment d’euphorie était le plus important.

Que voulez-vous que les gens en retiennent ? En particulier les homosexuels ?

Il y a quelques artistes queer dans le mix. Les gens interprètent la musique de manière très personnelle et il y a beaucoup de choses assez lyriques, avec un vrai message. Pour moi, tout type de musique que je fais, que je publie, que je mixe ou tout ce que je fais, je veux donner aux gens un sentiment d’unité. Surtout en ce moment, je pense que c’est toujours important, mais c’est juste plus important que jamais. Une fois qu’il a été pressé sur vinyle et qu’il est entre les mains d’autres personnes, c’est à eux de l’interpréter. J’espère que tout le monde l’aimera !

Comment votre son a-t-il évolué pour ce mix et y a-t-il eu des expériences spécifiques qui ont influencé ce que les gens vont entendre ?

Les morceaux sont nettement plus axés sur le dancefloor. Avec mon dernier album et ce à quoi nous faisions face à l’échelle mondiale, c’était plus une musique à écouter qu’à danser. C’est définitivement pour le sol. C’est aussi le résultat de notre retour en tournée en tant que DJ après la pandémie ; passer quelques nuits par semaine à jouer dans des clubs et des festivals. Les choses pour moi évoluent constamment car je suis arrivé à la dance music bien plus tard, après avoir été guitariste. À chaque sortie que je fais, les choses évoluent à leur manière parce que j’ai appris beaucoup plus au cours de cette période.

Vous avez déjà atteint de nombreux sommets en carrière, mais quel est votre souvenir musical préféré jusqu’à présent ?

Wow, c’est une très bonne question. J’aime tellement mon travail. Je pense que l’essentiel pour moi, ce qui me procure tant de joie, c’est de tourner et de jouer autant de concerts. Et il y a beaucoup de moments mémorables comme le concert de Bruxelles, le fait de pouvoir faire des choses organisées, et des moments spéciaux comme Glastonbury, où j’ai joué avec I. JORDAN au Temple Stage. Vous avez ce genre de gratitude parce que cela n’aurait jamais pu se produire. J’ai aussi eu l’occasion de jouer un set impromptu avec SHERELLE et moi. JORDAN sur une scène qu’ils avaient organisée, qui était toute étrange. De nombreuses choses remarquables se sont produites. Le tout est une aventure folle.

“DJ-Kicks : HAAi est maintenant disponible ” .

Écrit par: admin

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%